Ne perdez pas le fil ! ASV ? Cui cui La télé Game Sphere

header-title

Les dieux nous ont abandonnés. Les mers jadis riche en poisson n’apportent plus que de l’eau, des montagnes soufflent un vent aussi froid que la mort et les terres autrefois fertiles ne sont plus que source de poussière. Zeus, Roi sur l’olympe, a tourné le dos aux Hommes, comme un enfant gâté abandonne son jouet pour un nouveau. Héra, reine des déesses et épouse de Zeus, voit en vous, Nikandreos, un champion capable de gravir l’olympe et d’obliger le roi des rois à stopper cette folie. Mais vous devrez pour cela repousser vos limites, et voyager aux quatre coins du royaume des dieux. Des océans déchaînés de Poséidon, aux forêts impénétrables d’Artemis, en passant par l’enfer brûlant d’Hades. Votre périple commence ici, aux portes de l’olympe, et il se nomme Apotheon.

Dès son annonce il y a un peu moins de trois ans, Apotheon intriguait. C’est évidemment sa forme inspirée des “figures noires” de la Grèce antique qui séduisait immédiatement. Mais le fond plaisait également, étant décrit par ses développeurs, Alien Trap, (aussi coupable du très bon Capsized) comme un platformer/action/RPG/2D en monde ouvert. Aujourd’hui disponible sur PC et PS4, voyons ensemble ce que ce titre olympien a dans le ventre. (test réalisé sur PC avec une manette Xbox 360)

Beau comme un dieu

Les premières minutes dans l’univers d’Apotheon sont un enchantement pour les yeux. Le traitement graphique que les développeurs ont choisi pour leur titre est audacieux mais le pari est remporté haut la main. Les fresques peintes par le jeu (au sens propre du terme) sont d’une beauté évocatrice et les couleurs sont toujours justes.

Apotheon Screen Test 6

Ils avaient le truc pour choisir le papier peint quand même… Sérieusement, c’est splendide !

Les détails sont poussés jusqu’à l’extrême car non-content d’apposer les graphismes de jeu sur un simple fond noir, c’est par dessus une texture de roche constamment présente que l’action d’Apotheon se déroule, donnant l’impression assez bluffante de contempler une véritable oeuvre d’art grecque sur les murs d’une grotte ou d’un temple. De même, de discrets effets d’usure viennent ajouter au réalisme du tout et peaufiner encore le travail de titan accompli par Alien Trap. Respect.

Système de jeu

Après la claque graphique, on redescend sur terre lorsque l’on se rend compte de la prise main, ultra rigide du titre. Le personnage se traîne et les animations sont plutôt pauvres. Mais ici encore, c’est le respect du matériaux de base qui ressort, on penserait chaque mouvement sorti tout droit d’une fresque antique et c’est tant mieux car on imaginerai mal Héraclès faire un dash avant, ou Dionysos un wall jump. Quoi qu’il en soit, on se fait rapidement à la maniabilité une fois passée quelques heures de jeu. 

Cette rigidité se ressent donc également dans les combats, mais permet de rendre ces derniers plutôt techniques, et donc assez “réalistes”. Quatre familles d’armes de contact sont proposées (lance, épée, hache et masse) ainsi que tout un tas d’armes de jets (arcs, javelots, fronde…).

Apotheon Screen Test 7

Certaines zones sont plongées dans l’obscurité la plus totale, better have a torch ! (Jeu évênement : Amuse toi à dénicher l’Homoursporc qui se cache dans cette image !)

On regrettera que pour ranger tout votre attirail, l’inventaire de votre personnage ne se montre pas plus ergonomique, de minuscules icônes placées à la verticale rendront vos recherches (pour se renseigner sur une nouvelle arme ou une potion par exemple) assez pénibles. De même que, vos armes s’usant et se brisant plutôt vite, on se retrouve quelques fois en panique au milieu d’un combat à devoir changer rapidement d’équipement, ce qui n’est pas des plus pratique.

Si votre personnage ne gagne pas d’expérience et n’évolue pas à proprement parler, vous pourrez tout de même vous perfectionner dans le maniement d’un ou de plusieurs type d’arme en faisant appel aux services d’un entraîneur, moyennant monnaie sonnante et trébuchante.

Les combats sont certes nombreux dans Apotheon, mais on appréciera également une certaine variété des phases de jeu et surtout des situations dans lesquelles se retrouve notre personnage. Explorations, courses, infiltration et même quelques énigmes. Mention spéciale aux combats contre les dieux, tous très différents les uns des autres et profitant d’une mise en scène particulièrement réussie. De très grands moments de bravoure.

Apotheon Screen Test 3

Je savais qu’Infogrames était une vieille compagnie, mais tout de même !

De l’importance de ne pas rusher

La progression dans Apotheon est clairement dans la veine des “métroidvania”, en toutefois légèrement plus scénarisée et donc dirigiste. On parcours de grandes zones ouvertes, remplissant nos quêtes pour débloquer l’accès à d’autres zones et faire avancer l’histoire.

Si vous souhaitez aller droit au but, Apotheon devrait vous retenir une grosse dizaine d’heures devant votre écran, mais vous n’auriez qu’entraperçu l’étendue de ses richesses. Comptez largement le double pour percer tous les mystères du soft, qui gagne vraiment à être fouillé de long en large.

Passages secrets, clefs, parchemins, notes et moyens détournés d’arriver à ses fins récompenseront le joueur assidu qui aura entrepris de découvrir tous ses trésors.

Apotheon Screen Test

Certaines zones sont plutôt grandes, en plus d’être d’horribles labyrinthes…

Scénario classique, Background béton

Par ailleurs, on peut ressentir que l’univers de la mythologie grecque n’est pas qu’un prétexte pour les développeurs, ni même une toile de fond. Il résulte d’un choix d’ancrer profondément leur jeu dans ce monde. Et si le scénario (globalement résumé dans l’introduction) ne surprend pas, ou presque pas, c’est plutôt au niveau de la multitude de textes et de dialogues (fort bien écrits) que le travail se doit d’être salué.

On pourra regretter toutefois que le titre ne soit disponible qu’en anglais, et que celui-ci, souvent très littéral, ne soit pas des plus accessibles.

Un régal pour les esgourdes

Musicalement, le jeu surprend immédiatement grâce aux magnifiques arpèges de guitare sèche qui nous accueille dans le menu de lancement. Et la suite n’abaissera pas le niveau. Qu’on se le dise Apotheon est un enchantement pour les oreilles. Aux rythmiques martiales et coeurs masculins épiques pendant les scènes d’action, succèdent d’apaisantes harmonies de harpe et de lyre dans les rues de l’agora. La bande son dirigée par Marios Aristopoulos est à toute épreuve et qui plus est tout à fait en adéquation avec le thème du jeu.

Les effets sonores sont particulièrement soignés et ne donneront à vos joutes que plus de réalisme, aussi, les doublages sont tous excellents et apportent beaucoup à la mise en scène.

Apotheon Screen Test 5

Chez Hadès, la déco est sobre. La musique est fantomatique et l’ambiance, elle, est mortelle…

Un supplément multi ?

Avant de conclure, un petit mot sur le mode multijoueurs qui permet à quatre joueurs maximum de s’affronter dans des arènes fermées avec la plupart des armes présentes dans le jeu, au corps à corps ou à distance. Peu d’option sont présentes pour pimenter les parties, et peu d’arènes sont proposées. Néanmoins le tout reste fun, et a le mérite d’être présent. Mais l’intérêt du jeu n’est de toute façon clairement pas à chercher de ce côté.

Apotheon Screen Test 4

La traversées des quatre fleuves des enfers, c’est pas la croisière s’amuse…

Un jeu mythologique !

Objectivement, Apohteon est une réussite. Personne ne pourra nier la sincérité de la démarche des développeurs, la patte graphique splendide, la très bonne bande son, ou même la variété des phases de gameplay. Mais puisqu’il ne s’agit pas ici de faire un constat objectif mais de donner un avis, un ressenti face à une oeuvre, alors Apotheon est bien plus qu’une réussite. Il est une véritable ode poétique à la mythologie grecque (bien loin de la version “Badass violente” d’un God Of War) ET un très bon jeu-vidéo. Il est impressionnant de constater à quel point les petites errances de gameplay sont très vite oubliées une fois le pad en main. Apotheon est une belle Aventure, avec un grand A ! On y apprend, on y réfléchi, on y frissonne et on s’y amuse ! Une belle leçon de la part d’une équipe de développeurs qui risque fort d’atteindre le panthéon s’y elle continue dans cette direction.

Review

ProsCons
- Le thème de la mythologie, parfaitement digéré et utilisée de façon savante, poétique et ludique.
- La patte graphique à tomber
- La bande-son, excellente et justifiée
- Très bon rapport durée de vie/prix
- Les grandes zones ouvertes
- La liberté d'action
- La mise en scène
- Disponible uniquement en anglais (et pas un anglais de tapette...)
- Inventaire pas hyper-bien foutu
- Physique parfois un peu bizarre
- Bestiaire un poil restreint
- Le multi, un peu cheap
Rating
90%

Apotheon – Trailer de lancement

Articles associés

Apotheon, le nouveau jeu de Alien Trap Games en vidéo
Des nouvelles d'Apotheon
De la sueur et du sang dans Apotheon
Apotheon sortira le 3 février sur Steam et Ps4
Article prcedent jeu ind
Article suivant jeu ind

3 Commentaires

Laisser un commentaire
  1. Hypnos
    9 février 2015, 9 h 05 min

    Ouah ! Tu sais donné envie de jouer. Très bon test.

    Répondre
  2. Trafalgar
    9 février 2015, 13 h 47 min

    Merci pour le test, j’avais repéré le jeu il y a quelques temps mais en savoir un peu plus dessus m’a donné envie d’y jouer.
    Chouette test pour ne rien gâcher, bien écrit et complet :)

    Répondre
  3. AshBorer
    10 février 2015, 11 h 40 min

    Merci pour vos commentaires !
    Le jeu était un réel plaisir à parcourir, et du coup, le test un plaisir à écrire :-)

    Répondre

Laisser un commentaire